Alimentation et rythme des saisons (partie 1)

Imprimer


La chronique Forme & santé de Christiane Barbiche
Sarre Hebdo du 11/04/08
 
La diététique du printemps selon le principe de la médecine chinoise (1ère partie)
 

Manger des produits biologiques, c'est bien. Manger à dominante végétale, c'est bien. Si en plus, vous tenez compte de la nature et du rythme des saisons c'est encore mieux.
Dans la tradition chinoise, il n'y a pas de clivage entre l'alimentation et la médecine. Des écrits du VIIe siècle nous enseignent que le véritable médecin tente tout d'abord d'équilibrer l'alimentation du patient et c'est seulement lorsque les résultats se font attendre qu'il a recours aux remèdes traditionnels.

C'est en observant la nature que les anciens d'Orient ont intuitivement relevé l'existence d'une énergie fondamentale, appelée Ki en énergétique chinoise. Cette énergie a sa propre dynamique comprenant les cinq étapes de la transformation de l'énergie .Le Ki est formé de deux polarités : le yin où l'énergie est ascendante et le yang où celle ci est descendante. Le cycle de transformation de l'énergie présente cinq phases symbolisées par le bois, le feu, la terre, le métal et l'eau.

On peut dire que chaque énergie nourrit ou engendre la suivante.
On considère l'alimentation comme une énergie et le cycle des saisons nous enseigne à davantage comprendre cette dynamique liée à l'alimentation.

Je vous suggère de suivre les étapes saison après saisons. Aujourd'hui, arrêtons notre observation au printemps.

Au printemps, c'est l'énergie bois qui domine. C'est l'éveil de la nature, l'énergie remonte du sol, nous sommes en énergie yin, la phase ascendante. Nous assistons à l'augmentation de la lumière, de la chaleur, de l'activité (les arbres bourgeonnent, la sève monte, les prés reverdissent, les fleurs poussent....)

En médecine chinoise, le printemps est relié à l'énergie bois, elle-même reliée à l'organe foie et à la vésicule biliaire, reliés aux yeux, à la vue (tiens, tiens, certaines allergies du printemps avec des yeux irrités....), les tissus concernés sont les muscles, les ongles. Le foie est relié à l'émotion colère. En insuffisance : certaines peurs, l'impatience, les colères rentrées, non ou mal exprimées, les cauchemars .En excès : de gros accès de colère, l'agressivité, la témérité, de grosses impatiences...

Comment équilibrer ? Tout d'abord par l'alimentation, mais il existe des techniques adjuvantes telles que l'acupuncture, l'auriculothérapie, la réflexologie,le massage, le Qi Gong, le Taï Chi, la phytothérapie, les fleurs de Bach, l'aromathérapie, l'homéopathie...

Mais revenons à l'alimentation. Au printemps, c'est la saveur acide qui devrait dominer dans nos assiettes car elle stimule foie et vésicule. Son absence tendra à ralentir l'activité hépatique mais à l'inverse, son excès serait la cause d'une hyperactivité de la fonction hépatique qui pourrait être à l'origine de désordres sur l'organe sur lequel le foie exerce une action antagoniste : l'estomac.

Il convient de choisir judicieusement dans chaque famille d'aliments Mais un repas équilibré se doit de nourrir les cinq énergies, c'est à dire que les cinq saveurs doivent être présentes à chaque repas.
Nous verrons en détail, la semaine prochaine les aliments et leurs modes de cuisson, mais aussi les plantes à privilégier au printemps, pour bien sortir de l'hiver et avancer en pleine forme vers la saison estivale.

 

Retour