Conseils pour la rentrée

Imprimer


Après cette parenthèse estivale, les enfants ont repris le chemin de l’école.
Quelques conseils pour bien amorcer cette reprise des cours.

La diététique


Tout d’abord, sachez que le socle de la journée réside dans un bon petit déjeuner. Pas question de partir à l’école le ventre vide, quitte à réveiller votre enfant 10mn plus tôt afin qu’il ait le temps de se mettre à table. Le petit déjeuner se composera d’une boisson : lait de chèvre, lait végétal, infusion, boisson à la chicorée dans du lait végétal,  de pain avec beurre ou purée d’oléagineux, d’’une protéine sous forme d’un œuf coque, d’une tranche de jambon ou d’un morceau de fromage de chèvre ou de brebis ou encore un yaourt ou du fromage blanc, toujours de chèvre ou de brebis. On peut y rajouter une poignée de fruits secs ou d’oléagineux, ou une compote. Pas de fruits ou jus de fruits au petit déjeuner. Ceux-ci seront pris à la récréation, à la place des viennoiseries ou autres barres chocolatées. Concernant  les céréales, souvent prisées par les enfants, prenez soin de lire les étiquettes. Souvent les sucres et les graisses arrivent en tête de liste!

Une petite cure de magnésium marin et d’un complexe de vitamines B naturelles ou encore de plasma isotonique de Quinton (eau de mer en ampoules) donneront peut-être un petit coup de pouce à cette reprise d’activité.

Le sommeil


Pour partir du bon pied, mémoriser, se concentrer, une bonne nuit de sommeil est indispensable. Donc l’enfant doit se coucher tôt, n’ayant  plus l’occasion de faire la grasse matinée comme durant les vacances.

Limiter les écrans


TV, ordinateur, jeux vidéo, tablette, notamment après le dîner. Pourquoi pas un jeu de société qui rassemble petits et grands autour d’une activité plaisante, ludique, après les devoirs, est très apaisant et resserre les liens familiaux.

A la sortie de l’école


En fin d’après-midi, observer une petite pause avant de s’attaquer aux devoirs.

Un goûter énergisant sous forme de fruits frais ou jus de fruits, éventuellement quelques oléagineux (amandes, noix, noisettes, pistaches etc.) et fruits secs (abricots, dattes, figues, baies séchées cranberry, gogi, etc.) permettront d’attendre le dîner. Un petit quart d’heure à une demi-heure d’exercice physique ou de jeu de plein air, suivi de quelques respirations complètes, voire d’un exercice de retour au calme travaillant sur la relaxation  et la  concentration avant de passer aux devoirs.

Livres utiles


En ce début d’année scolaire, j’ai sélectionné deux ouvrages à l’usage des parents, répondant à leurs questionnements sur la réussite scolaire de leur enfant, ses difficultés de concentration, de mémorisation. Souvent les devoirs à la maison se terminent par des prises de tête, des pleurs,  l’enfant ayant du mal à se concentrer après une journée en classe, rêvant de passer à des activités plus ludiques, des parents fatigués, ayant de leur côté encore une foule de choses à faire, ne faisant pas forcément preuve de patience…

Le premier ouvrage Apprendre autrement avec la pédagogie positive, d’Audrey Akoun et Isabelle Pailleau donne des clés pour redonner à vos enfants  le goût d’apprendre, mémoriser, comprendre et structurer en aidant les enfants à retrouver le goût de faire leurs devoirs et les ados à adopter une méthode de travail grâce à des outils innovants et simples.

Le second livre s’intitule Réussir à l’école : une question d’amour ? Dans cet ouvrage le pédopsychiatre, Dr. Stéphane Clerget affirme que la réussite scolaire n’est pas qu’une question d’intelligence et de QI mais surtout une question d’amour, sous toutes ses  formes :

L’amour des parents et du cercle familial, socle de la sécurité affective ; L’estime de soi et la confiance en soi, fondamentales pour les apprentissages (ça se travaille !) ; L’estime et la reconnaissance des autres enfants, signes d’une bonne intégration sociale ; L’amour de l’enseignant pour son métier et pour ses élèves car l’enfant doit se sentir reconnu, valorisé par son pédagogue.

L’auteur montre aussi les obstacles éventuels pouvant freiner les acquisitions, notamment les maladies de l’apprentissage  (dyslexie, dyspraxie, dysorthographie, hyperactivité etc.) peuvent avoir une origine émotionnelle Stéphane Clerget propose une approche inédite pour y remédier.

Bonne rentrée à tous les enfants, sans oublier les enseignants qui souvent, font un travail remarquable sans forcément obtenir la reconnaissance qui leur serait due.

Retour