Diététique des 4 saisons : l'ETE

Imprimer


Alimentation et conseils de bon sens selon la médecine chinoise

 

Consommer des produits biologiques c'est bien ! Manger à dominante végétale, c'est bien ! Si en plus, vous tenez compte de la nature et du rythme des saisons c'est encore mieux!

 

Dans la tradition chinoise, il n'y a pas de clivage entre l'alimentation et la médecine. Des écrits du VIIème siècle nous enseignent que le véritable médecin tente d'abord d'équilibrer l'alimentation du patient et c'est seulement lorsque les résultats se font attendre qu'il a recours aux remèdes traditionnels.

C'est en observant la nature que les anciens d'orient ont intuitivement relevé l'existence d'une énergie fondamentale, appelée Ki en énergétique chinoise. Cette énergie a sa propre dynamique comprenant les cinq étapes de la transformation de l'énergie. Le ki est formé de deux polarités : le yin où l'énergie est ascendante et le yang ou celle-ci est descendante .Le cycle de transformation de l'énergie présente cinq phases symbolisées par le bois, le feu, la terre, le métal et l'eau. On peut dire que chaque énergie nourrit ou engendre la suivante. On considère l'alimentation comme une énergie et le cycle des saisons nous enseigne à davantage comprendre cette dynamique liée à l'alimentation.

Le bon sens voudrait que l'on adapte sa nourriture au lieu et à la saison. Il est bon d e rappeler qu'un fruit ou un légume spécifique de la saison et de la région où nous séjournons apportera plus d'énergie qu'un aliment ayant voyagé, même dans un délai très court et provenant d'une autre zone climatique. En effet, il est primordial pour l'homme de vivre en symbiose avec son milieu. L'être humain est tributaire des rythmes naturels et si nous voulons nous mettre au diapason, il nous faut manger des plats de saison.

En consommant sous nos climats tempérés, régulièrement , des produits d'origine exotique, l'énergie fournie ne sera pas compatible avec les attentes de notre organisme, pouvant par exemple créer une frilosité notamment si ces aliments sont consommés en hiver et de plus en matinée. Nous sommes tous d'accord qu'un bon équilibre alimentaire doit nous maintenir en forme, mais sur le plan énergétique, il faudra être attentif à ne pas générer ou entretenir de blocage, de stagnation venant perturber le cycle naturel des saisons.


Je vous suggère dans les lettres d'information suivantes, de suivre les étapes saison après saison. Aujourd'hui, arrêtons notre observation à l'été.

Lors de la saison estivale, l'énergie atteint son activité maximale, les jours sont longs, la chaleur est puissante, les végétaux s'épanouissent et fleurissent. C'est l'énergie feu qui domine. Chez l'homme, les fonctions digestives sont faibles car l'énergie est davantage centrée sur l'extérieur. Qu'à l'intérieur.

En médecine chinoise, l'été est relié à l'énergie feu, elle-même reliée à l'organe cœur, et au niveau des viscères à l'intestin grêle ainsi qu'aux vaisseaux sanguins. Les organes des sens concernés sont le toucher, la langue. Le cœur est relié à l'émotion joie. En insuffisance cette émotion consiste à ressentir des états de tristesse et d'amertume. Les déceptions sentimentales ou la perte d'un être cher peuvent être ressenties de manière particulièrement dramatique.

En excès, ce sont les grandes passions, l'impatience, le stress, voire la fureur.

Comment équilibrer ? Tout d'abord, par l'alimentation, mais il existe des techniques adjuvantes telles que l'acupuncture, l'auriculothérapie, la réflexologie, les massages, le Qi Gong.. Mais revenons à l'alimentation.

Il convient de choisir judicieusement dans chaque famille d'aliments. Un repas équilibré se doit de nourrir les cinq énergies, c'est-à-dire que les cinq saveurs doivent être présentes à chaque repas.

En été, notamment si vous êtes de terrain hyper yang ce qui vous prédispose , entre autres à l'hypertension artérielle, à l'infarctus du myocarde, accident vasculaire cérébral ou problèmes veineux, il convient de limiter les aliments yang (abats, charcuteries, viandes rouges, produits laitiers, boissons alcoolisées, aliments trop gras, épicés ou trop sucrés). Il convient aussi de manger moins vite, dans le calme en privilégiant une alimentation plus yin afin de calmer l'excès d'énergie, rafraîchir le corps : poissons maigres, fruits de mer, crustacés, volailles, œufs à la coque, brousse de brebis ou brocciu (fromage frais à base de petit lait de brebis) yaourt de brebis ou de chèvre, riz, semoule, orge, pâtes, légumes verts notamment à feuilles, (fanes de radis, de navets, épinards, bettes, feuilles d e coquelicot, de bardane. Tous les légumes aqueux et à croissance rapide apportant de l'eau à notre organisme afin de compenser la déshydratation due à l'augmentation de la transpiration. (Tomates, courgettes, poivrons, aubergines. Ainsi que tous les fruits de saison.

De grandes salades composées, voire les recettes de salades estivales de mon livre L'art de manger sainement au XXIème siècle aux eds Grancher. Equilibrer le cru et le cuit en privilégiant des méthodes de cuisson respectant la vitalité des aliments. En été on préconise les aliments cuits al dente, à la vapeur douce ou émincés finement et saisis rapidement au wok avec un peu d'huile d'olive.

Il convient d'éviter les boissons glacées, mieux vaut boire à température ambiante et ne pas abuser de crèmes glacées qui risquent de produire une attaque de froid dans l'abdomen et entraîner des troubles digestifs, notamment des diarrhées.

Christiane Barbiche

 

Retour