Gardez la forme cet automne

Imprimer


Pour beaucoup d’entre nous, les dernières vacances sont déjà loin, et cette impression de grande forme au retour déjà oubliée. Alors que pouvons-nous faire pour éviter les baisses de forme qui nous guettent au cours de l’automne ?

Tout d’abord, veillez à avoir un sommeil suffisant et de bonne qualité. Mettez aussi l’exercice physique à l’honneur car selon une étude, 3 séances de 45mn par semaine suffisent pour atténuer la sensation de fatigue et améliorer la vitalité. L’exercice physique contribue à vous oxygéner, éliminer les toxines, bouger votre corps malmené par une vie sédentaire et stressante. N’oubliez pas non plus les grandes balades en forêt, par tous les temps. Il suffit de se couvrir selon les caprices de la météo.
Boire suffisamment d’une eau faiblement minéralisée.

L’alimentation antifatigue : En automne tout comme au printemps, il serait bon de faire une cure de magnésium. Le plus simple est de puiser ce précieux magnésium dans les aliments tels les amandes, les noix, les fruits secs, les légumineuses, la banane,  les fruits de mer et coquillages, le chocolat noir.

La vitamine C, votre atout vitalité : Les kiwis, les agrumes, les poivrons, l’ensemble des légumes et fruits consommés crus ou une cuisson ne dépassant pas 100°.

Le fer, nutriment essentiel pour l’oxygénation et l’énergie : viandes rouges, foie,  boudin, thon, huitres, moules, légumes secs, en particulier lentilles, haricots secs, le persil, le chocolat noir. Le fer est potentialisé par l’apport conjoint en vitamine C.

Les compléments alimentaires : La spiruline, une algue d’eau douce et l’herbe d’orge toutes deux  à l’effet dynamisant que vous trouverez en boutique bio sous forme de poudre ou de comprimés ou gélules. Les ampoules de plasma marin hypertonique, les oligoéléments cuivre/or/argent. Parmi les produits de la ruche, deux sont particulièrement utiles : la gelée royale (à éviter toutefois en cas d’hypertension), et le pollen notamment les pollens frais de châtaignier & ronce à prendre le matin à raison d’une cuillerée à soupe pendant 6 semaines.

Pour un petit coup de pouce, mais il ne faut  pas en abuser après 16h : le thé vert, le café vert, le guarana qui sont des plantes énergisantes contenant de la caféine.

Les bourgeons de chêne, de noyer, de cassis.

Des plantes adaptogènes : particulièrement efficaces sur l’épuisement nerveux : l’éleuthérocoque, un cousin sibérien du ginseng, considéré comme un stimulant général et tout à fait indiqué dans les fatigues persistantes, facilitant concentration et effort physique. Attention l’éleuthérocoque et le ginseng ne conviennent pas aux personnes souffrant d’hypertension.

Le ginseng, mêmes effets que l’éleuthérocoque  mais en plus il atténue les symptômes de la ménopause contenant des phytohormones, il semblerait qu’il soit également aphrodisiaque.

La rhodolia, améliore les capacités de mémorisation et d’attention, notamment en situation de stress. Elle a aussi des vertus immunostimulantes et hypoglycémiantes

Les huiles essentielles : Pin sylvestre ou épinette noire ; quelques gouttes dans le bas du dos (au niveau des glandes surrénales et des reins), le matin après la douche. L’huile essentielle de basilic à linalol  6 gouttes diluées dans une cuillérée à café d’huile ou de gel d’aloé véra en massage du ventre et plexus solaire agit contre la fatigue et le stress. Des diffusions d’huiles essentielles de basilic à linalol, pin sylvestre, citron, mandarine, orange douce, pamplemousse.

Sans oublier, les massages et automassages qui dénouent les tensions.

Retour