La fin d'année

Imprimer


D’ici quelques semaines, nous allons tourner la page sur 2012 pour entrer de plain pied sur 2013.

Nos ancêtres les Gaulois, qui étaient également des Celtes, avaient une notion du calendrier qui différait sensiblement du nôtre. Ils divisaient l’année en deux semestres, l’un clair, l’autre sombre : Salmain et Beltaine. Le semestre sombre qui débutait le 1er novembre, symbolisait la spiritualité, l’esprit, les arts. Spiritualité, qui n’a en fait aucune connotation religieuse puisqu’il s’agit tout simplement d’une aspiration aux valeurs morales Tout comme la sève se retire au fond de l’arbre pour passer l’hiver, le Celte se retirait en lui-même pour s’intérioriser, créer, méditer, chercher à s’améliorer, en fait, à redevenir lui-même. Le semestre clair, celui de la matière qui débutait le 1er mai, correspondait à l’action, au temps de faire. Il est fort intéressant, que des siècles après, ces deux fêtes restent actives, dans leur sens premier.  La Salmain du 1er novembre est devenue la Toussaint, gardant sa connotation spirituelle, le 1er mai, fête du travail. (Les premiers Chrétiens s’étant appropriés les dates dites païennes. Il en est de même de Noël, date à laquelle les Celtes fêtaient le solstice d’hiver) 

Entre Halloween et Noël, la période est propice pour nous amener à nous interroger sur le sens véritable de la fête. On attend ces moments là pour des retrouvailles en famille et entre amis, moment féeriques avec les enfants, repas mitonnés avec délices et soirées chaleureuses. Ces fêtes de fin d’année, attendues avec impatience par petits et grands, sont irremplaçables.  Nous avons cependant, pour la plupart d’entre-nous, oublié le sens originel de l’évènement que nous devons honorer. Dans notre environnement judéo chrétien, personne ne peut ignorer Noël, mais qui cherche à s’harmoniser à son sens profond ? Quand à Halloween, qui, il y a quelques années nous est revenu de force des Etats-Unis, qui connaît l’importance de cette date symbolisée par la citrouille ? Les deux semestres rythmant la vie, l’un clair, l’autre sombre ? La fête de Noël est la fête de la lumière, le solstice d’hiver, qui entame le retour progressif de l’allongement des jours. Le principe de la fête consiste à marquer les évènements. La fête de Noël est une fête des plus riches en sens, c’est avant tout la fête de la famille. C’est avec la venue du Père Noël, symbole de l’innocence, mais aussi fête de famille, et également symbole de la mémoire familiale et cet évènement peut aussi pour certains se traduire par des moments  de tristesse,  elle peut évoquer une difficulté plus ou moins consciente en rapport avec les vieilles mémoires lorsque la famille et les souvenirs d’enfance son entachés de mauvais souvenirs.

Du fond du cœur,  je vous souhaite de passer d’agréables fêtes de fin d’année, d’entrer dans la nouvelle année avec optimisme et la volonté de faire de chaque jour du calendrier quelque chose pour entretenir  votre santé, cultiver l’harmonie en vous et autour de vous.

Christiane Barbiche                            

Retour