Les compléments alimentaires pour ou contre ?

Imprimer


A l’entrée de l’hiver, vous êtes nombreux à vous poser la question comment traverser la saison hivernale au mieux,  sans fatigue, en évitant rhumes, toux et autres désagréments de la froide saison. La solution serait peut être de booster votre immunité à l’aide de vitamines et minéraux.

 

Mais ou trouver ces précieuses substances ? Je répondrais avant tout dans votre assiette. Car certains auraient tendance à se ruer sur les compléments alimentaires, (gélules, comprimés en tout genre).Il est vrai que notre époque marche un peu sur la tête. L’arrivée, ces dernières décennies sur le marché, de compléments alimentaires, en est une parfaite illustration.

 

En simplifiant, on pourrait dire que l’industrie agroalimentaire appauvrit nombre d’aliments courants par des procédés de culture intensive qui d’une part appauvrissent le sol,  et réduisent considérablement la valeur nutritionnelle des aliments par le rajout d’engrais chimiques, de pesticides ; que les repas de nos cantines scolaires, de nos cantines d’entreprises, de nos établissements hospitaliers, tout comme les plats cuisinés tout prêts achetés au supermarché par les consommateurs de plus en plus pressés, ne prenant hélas plus le temps de cuisiner, font le lit de nos maladies futures (trop de sucre, de sel, de graisses cachées, de mauvaises graisses, d’additifs divers, ( conservateurs, colorants, édulcorants, exhausteurs de goût… )D’autre part, pour palier à ces déficiences, et au lieu de s’en prendre à la racine du mal c'est-à-dire produire et acheter des aliments meilleurs, biologiques on nous propose des cache misère alimentaires : ces fameux compléments censés combler ce que les aliments ordinaires n’apportent plus dans nos assiettes.

 

L’agroalimentaire, l’industrie pharmaceutique s’engouffrent dans ce nouveau marché, très lucratif et quelquefois peu réglementé. Il est pourtant incontestable qu’une alimentation biologique, équilibrée, variée, réponde à l’essentiel de nos besoins.

Malheureusement, tout le monde n’est pas prêt à faire un effort dans ce sens, à se remettre à cuisiner, avec des produits de base sains, non traités, non raffinés, et c’est pourquoi dans ces cas, les compléments alimentaires peuvent avoir leur utilité On sait par exemple que le régime standard des Français est souvent carencé en vitamine D, vitamines B, magnésium, zinc, antioxydants, fibres… De plus, les conditions de la vie moderne et l’omniprésence du stress quotidien affaiblissent notre système immunitaire.

Dans certaines situations, les compléments alimentaires peuvent même être bénéfiques, voire nécessaires : fatigue, convalescence,  en cas de maladies dégénératives, de maladies graves. de périodes d’examen, de croissance, de ménopause, de grossesse…

 

Comment se repérer dans le marché des compléments alimentaires, souvent vanté à gros coup de publicité ?

 Il faut déjà avoir conscience, que notre organisme est bien mieux réglé encore que les rouages d’une horloge. On sait par exemple que les oligoéléments ont besoin d’enzymes  pour être absorbés, que certaines vitamines n’agissent pas forcément bien isolément, mais en symbiose avec d’autres vitamines, c’est le cas des vitamine  du groupe B par exemple ; que les oméga 3 ne sont efficaces qu’à la condition que les oméga 6 sont en quantité suffisantes (c’est le cas de l’huile de noix, par exemple qui est parfaitement équilibrée en oméga3 et oméga 6. Si l’on y réfléchissait un   peu, Dame Nature à tout prévu mais en jouant aux apprentis sorciers, notre industrie agroalimentaire a cassé cet équilibre pourtant bien établi.

 

Lorsque vous prenez des compléments alimentaires, faîtes attention également aux prises trop longues qui non seulement risquent de dérégler vos équilibres subtils mais peuvent interférer par exemple avec la prise de certains médicaments.

Si vous vous estimez en bonne santé, une alimentation équilibrée, devrait suffire à couvrir vos besoins en micronutriments (vitamines, oligoéléments, minéraux). Cela sera d’autant plus facile si vous choisissez  des aliments non traités,  fraîchement cuisinés par vos soins. Je rappelle que plusieurs  études scientifiques notamment celles du PR Henri Joyeux, cancérologue, et du Dr Mariette Gerber de L’INRS, démontrent que ces aliments sont non seulement moins contaminés par des produits chimiques en tout genre, mais aussi plus riches en micronutriments. Si l’on doit, pour une raison ou une autre, prendre des compléments alimentaires, mieux vaut, si possible choisir des produits d’origine naturelle, biologique et non des vitamines ou oligoéléments d’origine synthétique, ceux-ci  étant moins bien métabolisés par l’organisme.

 

Retour