L’obésité chez l’enfant et l’adolescent

Imprimer


De plus en plus de jeunes sont confrontés aux risques de surpoids.

Quelles sont les causes à l’origine de ce surpoids ?

Un cocktail explosif : la malbouffe et le manque d’exercice physique.

C’est avant tout une prise de conscience,  des efforts de communication auprès des jeunes afin de les sensibiliser à un mode de vie plus sain, la plupart des parents ayant tendance à minimiser le danger de l’obésité.

En quoi consiste la malbouffe chez les jeunes ?

Grignoter à longueur de journée (gâteaux sucrés et salés, chips, barres chocolatées, confiseries, le tout  accompagnés de coca. Consommer plusieurs fois par semaine  des repas fastfood tels : hamburgers, pizza, kebab, frites, chips… Voilà les habitudes alimentaires couramment rencontrés chez les jeunes et c’est très préoccupant dans la mesure où cette malbouffe fait le lit de l’obésité, du diabète de type 2, des maladies cardiovasculaires, des cancers et n’améliore pas les poussées d’acné. Si en plus le tabagisme fait partie de ces mauvaises habitudes alimentaires et que le jeune passe le plus clair de son temps affalé sur le divan à regarder la télévision ou à pratiquer des jeux vidéo ou surfer sur Internet, la situation se corse encore davantage.

La solution ?

Le petit déjeuner est très important puisqu’il constitue le socle de la journée. Du pain beurré, une source de protéine, soit fromage de chèvre ou brebis soit un œuf à la coque, ou encore une tranche de jambon, quelques fruits secs et oléagineux et une boisson (lait végétal ou lait de chèvre, infusion ou thé, succédané de café (céréales torréfiées ou chicoré, voire café léger pour les plus grands)

Encas, en fin de matinée et en fin d’après-midi, des fruits frais à la place des viennoiseries ou barres chocolatées.

Un déjeuner et dîner parfaitement équilibré sur le schéma suivant : des crudités, une protéine soit viande ou poisson ou œufs ou une association de céréales et légumineuses, ou fromage de chèvre ou brebis ; des légumes cuits ; une portion de féculents, soit : pommes de terre, patates douces ou céréales, ou légumes secs, ou pain. Un dessert léger soit : des fruits cuits, ou une  compote, ou une crème dessert faite avec un lait végétal ou de chèvre, ou deux à trois carrés de chocolat noir, ou une part de tarte aux fruits maison.

Boisson : de l’eau. Pour les boissons plaisirs opter pour du thé vert aromatisé qui peut se boire froid, ou une eau gazeuse avec du  citron. Les repas seront pris à heures régulières et on veillera à proscrire le grignotage. Apprendre les enfants à manger doucement, en mastiquant bien les aliments, dans une ambiance calme et sereine, sans regarder la télévision.

Le sport ? Favoriser l’exercice physique dès le plus jeune âge en inscrivant l’enfant à un club selon ses aspirations. Proposer des balades familiales, randonnées agrémentées de  découvertes (flore, faune, vestiges à visiter…), des virées à bicyclette, des séances de piscines…

Réglementer l’usage des écrans et jeux vidéo en proposant des activités plus saines : promener le chien, faire une petite balade, un tour en vélo, une partie de pétanque, un jeu de société. Non seulement ceci détournera les jeunes des écrans mais permettra également un rapprochement
familial.

Et n’oubliez pas, l’éducation se fait par l’exemple. Si au sein de la famille, les repas ne sont pas équilibrés, on boit des sodas et s alcoolisées à chaque fois qu’on a soif, on fume on passe ses week end devant la télé ou l’ordinateur, il y a de fortes chances que l’enfant agisse de même par mimétisme et il sera très difficile dans ce cas d’apporter des changements dans  le mode de vie de l’enfant.

 

Retour