Pour votre santé, adoptez le régime Flexitarien

Imprimer


Comment définir le régime Flexitarien ?

Cette façon de s’alimenter préconise de manger davantage de légumes, fruits, légumineuses, céréales, oléagineux, graines au quotidien sans pour autant supprimer la viande et le poisson de votre table. Le régime Flexitarien, enfin un régime équilibré, respectueux de notre santé.

Ce concept qui se rapproche du végétarisme, est une réponse face à une trop grande consommation de viande qu’il ne  faut pas pour autant diaboliser. Nous ne sommes pas des herbivores, mais de là à concevoir tous vos repas autour d’une viande, comme c’est bien souvent le cas de nos jours, il y a un juste milieu. C’est ce que propose la diète flexitarienne. En gros, les repas sont pour la plupart du temps végétariens, c’est-à-dire faisant la part belle aux légumes, céréales, légumineuses sans oublier les sous-produits animaux tels les œufs, un peu de fromage de brebis ou de chèvre. Je rappelle que l’association de céréales et légumineuses apporte aussi des protéines. Mais on ne s’interdit pas pour autant de temps en temps un bon morceau de viande ou de poisson, un barbecue entre amis ou une invitation au restaurant. Fexi est  égal à flexibilité c’est-à-dire une absence de contraintes. Ce qui évite les frustrations et c’est très encouragent !

Quels sont les avantages du régime Flexitarien ?

De part une réduction de la consommation de viande, le régime Flexitarien tend à prévenir les maladies cardiovasculaires,  l’excès de cholestérol, l’hypertension,   favorisés par la consommation de viandes et charcuteries et de plus les végétaux contiennent des phytostérols qui sont des composés naturels anti cholestérols les plus puissants connus à ce jour.

Cette diète contribue également à prévenir le risque de diabète.

 Pauvre en graisses saturées, le flexitarisme favorise la perte de poids, riche en fibres et en prébiotiques  stimulant le transit et équilibrant la flore intestinale il   apporte un bien être digestif, combat la constipation et diminue les risques de cancer colorectal.

C’est également la solution dans une société où on remet de plus en plus en cause l’élevage intensif et la production industrielle.

C’est tout simplement une bonne façon de retrouver des habitudes alimentaires saines.

Y a-t-il des carences à craindre ?

Non car le fait de consommer de la viande de temps en temps ainsi que du poisson aide à  garder un apport régulier en protéines, acides aminés et vitamines B12.

En pratiques cela donne quoi ?

C’est très varié. De grosses salades composées (légumes, légumineuses, céréales, œufs, fromage de brebis ou chèvre, oléagineux. Je vous recommande tout particulièrement un livre paru dernièrement aux eds Marabout, intitulé Assiettes veggie. Je reviens de vacances et j’ai testé bon nombre de recettes parfaitement équilibrées, vite faites, à consommer froid ce qui est bienvenu en cette chaleur.

Autrement, des quiches, des gratins de légumes,  des risottos, des cakes salés et crumbles de légumes accompagnés de salade.

En fait, on emprunte les meilleures recettes aux végétariens tout en passant saluer le poissonnier et le boucher de temps en temps et ceci sans culpabiliser.

Retour