Se protéger efficacement des moustiques

Imprimer


Les changements climatiques de ces dernières années et la multiplication des voyages  vers les destinations tropicales multiplient les risques d'expositions aux moustiques. Les moustiques sont les vecteurs de nombreuses maladies parasitaires et virales. Le plus connu est le moustique tigre, dont la présence a été déclarée depuis 2004 dans les régions du bassin méditerranéen, notamment dans le sud de la France et la Corse. Ces derniers mois, c’est le virus Zika qui fait parler de lui (voir ci-dessous).

Il est donc recommandé de se protéger contre les piqûres avec une protection adaptée. Le moustique femelle est capable de détecter les mouvements et  les couleurs et est particulièrement sensible à certaines odeurs corporelles, cosmétiques et parfums. C’est pourquoi certaines personnes sont davantage la proie des moustiques que d’autres. Le moustique qui perfore la peau jusqu’à un capillaire sanguin, est aussi capable de piquer à travers des vêtements légers. De ce fait, il vaut mieux porter des vêtements de coton que des tissus ultra légers que les moustiques transpercent sans peine.  Les démangeaisons et boutons qui suivent la piqûre, sont causés par la salive anticoagulante que le moustique injecte avant d’aspirer le sang de sa victime.

Comment se protéger des moustiques ?

Afin de vous protéger des moustiques, je vous recommande de combiner plusieurs méthodes, en particulier pendant la soirée, car ces bestioles attaquent surtout entre le coucher et le lever du soleil. Lorsque vous passez la soirée dehors, ou fenêtres ouvertes, il vaut mieux porter des vêtements amples et longs couvrant bras et jambes Privilégiez des répulsifs naturels plutôt que des répulsifs chimiques. Vous pouvez vaporiser ces produits sur la peau et sur les vêtements, les répulsifs vaporisés sur les fibres des tissus s’évaporent très lentement, conférant ainsi une protection plus longue.

Vous trouverez des sprays répulsifs naturels à l’odeur agréable en boutiques bio, parapharmacies ou pharmacies, des solutions contenant des huiles essentielles de géranium d’Egypte, d’eucalyptus citronné, de lavandin, de cèdre de l’Himalaya, de menthe poivrée, de citronnelle. Pas de diffusion de menthe poivrée en présence d’un bébé (pourrait favoriser un spasme de la glotte avec risque d’étouffement) Vous pouvez également diffuser ces différentes huiles essentielles à l’aide d’un diffuseur électrique, ou encore en imprégner un coton à disposer sur votre table de nuit ou près de votre oreiller. Intéressant également, des bracelets anti moustique aux huiles essentielles à porter aux poignets et à la cheville, des bâtonnets d’encens aux HE à brûler en extérieur.  En vacances en Corse,  une région très touchée par les moustiques,  j’ai testé avec succès un diffuseur Eco Sphère en cellulose naturelle imbibé d’un principe actif à base de pyrèthre qui est un extrait de chrysanthème. Ces dispositifs se branchent directement sur la prise de courant. Cela s’achète en   supermarché. Pour les bébés, on optera plutôt pour un spray d’eau florale de géranium et on tendra une moustiquaire sur le berceau, la poussette. Je vous recommande aussi de faire une cure d’un complexe de vitamines B naturelles pendant la saison des moustiques. La vitamine B modifie notre odeur corporelle qui ne sera plus au goût de ces bestioles. Je vous rassure, ce répulsif ne s’applique qu’aux moustiques. En homéopathie, Ledum Palustre 15ch et Caladium 15ch 10 granules de chaque une fois par semaine, le matin à jeun et pour les personnes allergiques on ajoutera Histaminum 15ch.

En cas de piqure ?

Appliquez une solution de bourgeons de cassis sur la piqure et mettez en quelques gouttes directement sous la langue. Vous pouvez également frotter la piqure avec une feuille de cassis ou de plantain. Les démangeaisons cesseront instantanément.

 

Le virus Zika


Le virus Zika préoccupe l’Europe. A l’heure où j’écris ma chronique (début mai),  quelques cas ont été recensés en France et dans six pays européens, l’OMS estime que le nombre d’infections par le virus Zika pourrait augmenter de manière significative dans les mois à venir sous nos latitudes car avec la saison des moustiques dans nos pays, la possibilité d’une transmission locale combinée à de probables transmissions par voie sexuelle pourrait se traduire par une augmentation significative du nombre de personnes infectées par le virus et de complications médicales liées à ce virus, a estimé Marie Paule Kieny assistante du directeur général de l’OMS. Dans la mesure où les températures commencent à s’élever en Europe, deux espèces de moustiques, qui sont connues pour transmettre ce virus, vont commencer à circuler. Le moustique ne connaît pas de frontière.

Malgré de nombreuses recherches, les mécanismes de ce virus sont encore mal connus.

Des chercheurs suspectent un insecticide de Monsanto d’être responsable des cas de microcéphalie associés au virus Zika.

D’abord qu’est-ce qu’une microcéphalie ?

La microcéphalie désigne la taille anormalement petite du crâne.

Début février des médecins argentins publiaient un rapport de 6 pages sur le virus Zika dans lequel ils émettaient  l’hypothèse suivante : l’augmentation des cas de microcéphalies observés  chez les nouveaux-nés au Brésil ne seraient pas due au virus mais à l’utilisation d’un insecticide, le pyriproxyphène, fabriqué par Monsanto. Cet insecticide est un inhibiteur de croissance des larves de moustiques, recommandé par l’OMS. Le produit agirait comme une hormone fictive et empêcherait la croissance des moustiques, les empêchant de devenir   adulte de  piquer. Ce produit a été déversé dans des réservoirs d’eau potable de certaines régions brésiliennes pour détruire les larves de moustiques vecteurs principaux de la dengue, du chikungunya, de la fièvre jaune et de Zika. Le Dr Avila, pédiatre spécialisé en néonatalogie,  avance que c’est en buvant cette eau que les mères auraient été contaminées. Il ira jusqu’à dire que cette stratégie est une manipulation commerciale en faveur de l’institut chimique, profondément implantée dans les ministères de la Santé des pays d’Amérique Latine, tout comme à l’OMS et à l’organisation Panaméricaine de la Santé et qu’il ne s’agit pas d’une coïncidence bien que le ministre de la Santé brésilien  mette en cause le virus Zika dans ces dommages.

Prévention : la lutte contre les moustiques est l’affaire de tous.
Supprimer les soucoupes sous les pots de fleur, les eaux stagnantes (récolte d’eau de pluie pour arrosage, bassins d’eau…Se protéger des piqures de moustiques

Symptômes : Dans la majorité des cas, la maladie provoque peu de symptômes, voire l’absence de symptômes. L’évolution est le plus souvent favorable avec une guérison spontanée au bout de 2 à 7 jours. Lorsque les symptômes apparaissent, ils sont le plus souvent de type grippal (fièvre, courbatures, maux de tête) avec des éruptions cutanées, une conjonctivite, une douleur derrière les yeux, un œdème des mains et des pieds. Quelques cas de symptômes neurologiques ont été rapportés.

Il n’y a à l’heure actuelle pas d’anti viral spécifique ni de vaccin actifs sur le virus Zica.

Il est recommandé aux femmes enceintes d’envisager le report de leur projet de voyage dans les zones infestées.

Retour