La ronde des épices de Noël

Imprimer


A l'approche de Noël, nos chaumières embaument de senteurs diverses entrant dans la confection des bredele, vin chaud ou tout simplement infusion à déguster au coin du feu. Ces divines senteurs, ne se contentent pas seulement d'enchanter notre palais et notre odorat, mais elles ont des vertus thérapeutiques connues depuis la nuit des temps.
Je vous propose de faire connaissance avec la magie des épices de Noël.

La cannelle :

Parfum de Noël par excellence, la cannelle est présente dans de nombreuses recettes de bradel, le vin chaud, le grog, elle sublime le chocolat chaud, relève également le gibier et la viande de porc.
La cannelle est un stimulant physique et psychique, très utile en cas de fatigue et surmenage. Elle facilite la digestion et a des vertus hypoglycémiantes ce qui en fait une épice fortement recommandée aux diabétiques. Bactéricide, antiseptique, notamment au niveau intestinal et urinaire, la cannelle a également des vertus antivirales et fongicides. C'est un bon remède contre les nausées, les vomissements et les diarrhées. Mais attention, la cannelle ne conviendrait pas toujours à ceux qui souffrent d'un ulcère gastro duédonal..
La cannelle est une plante des plus intéressantes en hiver pour prévenir grippes et de gastro entérites. Elle est également connue pour stimuler les sens.
Vous avez la nostalgie des Noëls de votre enfance ? Diffusez, à l'aide d'un diffuseur d'arômes électrique, des huiles essentielles de cannelle, orange douce, pin sylvestre. Ces senteurs vous apporteront joie de vivre et vitalité mais contribueront aussi à assainir vos voies respiratoires et stimuler votre système immunitaire.

Mon grog aromatique : (pour adultes seulement, les huiles essentielles par voie interne ne convenant pas aux enfants) Une goutte de chacune de ces huiles essentielles (HE) : cannelle, pin sylvestre, citron, orange douce sur une cuillerée de miel de sapin, ajouter une tasse d'eau chaude, mais pas bouillante, cela casserait les vertus du miel, tout en remuant et boire sans attendre.

Café aromatique pour la période des fêtes : pour une cafetière, ajouter à la mouture de café, une petite cuillerée de cacao amer, une pincée de cannelle, une pincée de coriandre et une pincée de cardamome.

Christmas punch :

   

800ml d'eau de source
4 cuillerées à café de thé noir à la cannelle
2 pincées d'épices pour pain d'épices
1 bâton de cannelle
le zeste d'une orange et d'un citron biologiques
4 cuillerées à café de sirop d'agave
le jus d'une orange
4 cuillerées à soupe de rhum


Mettre le thé, les épices pour pain d'épices, les zestes d'agrumes dans un filtre à thé en papier. Couvrir d'eau bouillante et laisser infuser 10mn. Ajouter le sirop d'agave, le jus d'orange et le rhum.
A déguster au coin du feu en écoutant des chants de Noël.

La badiane,

 

de son nom botanique illicium verum, communément appelée anis étoilé est un arbre toujours vert proche du magnolia Ses fruits à forte odeur et saveur agréable d'anis sont des follicules formant une étoile à huit branches très caractéristiques qui sont cueillis verts avant d'être séchées au soleil où ils prennent leur couleur marron rouge. 

En phytothérapie, on n'utilisera que la badiane de Chine à ne pas confondre avec celle du Japon qui peut se révéler toxique
Les Chinois connaissent bien ces belles étoiles pour les utiliser en médecine traditionnelle afin de favoriser la digestion et la prévention des maladies hivernales et surtout très régulièrement en cuisine. C'est l'un des ingrédients incontournables du canard laqué et du célèbre pastis Ricard Pernod., elle entre souvent dans la préparation des tajines.
La badiane entre avec la cannelle, le gingembre, l'anis et la cardamome dans la composition des cinq épices.
La badiane est utilisée chaque fois qu'il est nécessaire de faciliter la digestion et de prévenir les ballonnements. C'est un bon antiseptique intestinal
La forme habituelle d'utilisation est la décoction à raison de 3 étoiles pour une tasse d'eau, amener à ébullition et faire infuser une dizaine de minutes à couvert. Boire après le repas notamment pour conclure un repas de fête.
Mais la badiane, au parfum anisé très corsé a d'autres atouts. Elle contient en effet de l'acide shikimique, le principe actif du tamiflu, un antiviral 
La badiane de Chine est donc une plante de choix pour prévenir la grippe. Elle est également utilisée lors des crises migraineuses et comme diurétique.
La badiane ne doit être utilisée qu'à doses limitées et jamais en cure prolongée car le principe actif et l'huile essentielle (l'athénol) devenant à fortes doses un toxique nerveux susceptible de provoquer des crises convulsives.

L'anis vert

 

de son nom botanique pimpinella anisum est originaire du Moyen Orient et des îles de la méditerranée, ces graines, vite adoptées par les Indiens, sont connues depuis les temps les plus reculés. Déjà les Egyptiens en avaient l'usage pour la médecine et la cuisine. Les Romains servaient à leurs hôtes, en fin de banquets, le mustacéus, un gâteau parfumé à l'anis, afin que ces derniers ne soient pas incommodés par les agapes.

PLINE lui reconnaissait également le pouvoir du sommeil et de la beauté du visage, car on en faisait déjà des onguents.
Au moyen âge, l'anis était recherché et on servait en dessert des dragées d'anis préparées en enrobant l'anis de sucre cuit pour favoriser la digestion.
L'anis comme le gingembre étaient les premières épices utilisées en Alsace. L'anis est cultivé dans nos régions dés le 16ème siècle. Déjà à cette époque, on parlait d'anisbredele en Alsace. 
En usage culinaire les feuilles hachées finement servent à aromatiser certains plats tels que les crudités, les potages, les salades...
Les graines sont utilisées en pâtisserie et en confiserie notamment dans le pain d'épices, les petits gâteux à l'anis. Elles entrent également dans la fabrication de liqueurs et boissons anisées (anisette, ouzo, pastis...)

En usage thérapeutique, on utilise l'anis pour ses propriétés galactogènes c'est-à-dire stimulantes de la lactation. L'anis est aussi conseillé en décoction à raison d'une cuillerée à café par tasse d'eau (réduire de moitié pour les nourrissons) pour les ballonnements, les digestions difficiles ainsi que pour les coliques du nouveau né. Il est salutaire aussi pour les toux grasses

La cardamome :

 

Elle reste aujourd'hui, l'une des composantes essentielles de la cuisine indienne, entrant dans la composition des mélanges appelés masalas. Très utilisée au Moyen Orient pour corriger l'amertume des cafés et des thés. La cardamome entre dans la préparation des bredele aux épices, le vin chaud, le punch, le pain d'épices.

La cardamome connut jadis de multiples indications médicinales aujourd'hui tombées en déséitude. Elle combat la mauvaise haleine. A cet effet, ouvrir une gousse et mâcher les petites graines. La cardamome a également des vertus carminatives et expectorantes tout comme l'anis.
Utilisée, en huile aromathérapie, elle aurait des propriétés anti fringales notamment sur les envies de sucre. Il suffirait, d'ouvrir le flacon d'huiles essentielles et de faire quelques respirations profondes en inhalant l'huile essentielle.

La coriandre :

Elle entre dans la composition des spékulatius, bredele alsacien et du pain d'épices. La coriandre relève la choucroute et les navets salés où elle permet digestibilité des cochonnailles qui accompagnent souvent ces plats.
Les indications thérapeutiques sont les mêmes que pour l'anis.

Le clou de girofle :

Dans tous les bouillons, les marinades, le vin chaud, le grog, le punch, le pain d'épices, les petits gâteaux aux épices.
Le clou de girofle est un antiseptique, un bactéricide et un antiviral puissant. Il est indiqué dans les douleurs dentaires, la prévention des maladies infectieuses. Le clou de girofle, de par ses vertus antiseptiques et antivirales devrait avoir une place de choix dans notre cuisine.

La noix de muscade

ou encore mieux, le macis, qui n'est autre que la fleur de muscade, à l'arome plus intense encore que la noix est utilisé dans la sauce béchamel, la soupe à l'oignon, le pain d'épices et bien d'autres préparations culinaires.
La noix de muscade est un antiseptique général et intestinal. On l'utilise avec succès dans les infections intestinales, les diarrhées chroniques, les digestions difficiles, l'haleine fétide, les flatulences, la lithiase biliaire, la fatigue. 
La noix de muscade est présente, en bonnes proportions dans l'eau de mélisse.


Le gingembre :

Les vertus du gingembre ont traversé les siècles et les civilisations. Des milliers de personnes dans le monde entier considèrent le gingembre comme un aliment guérisseur par excellence.
Le gingembre est l'une des premières épices orientales à faire son entrée en Europe amené par des marchands arabes environ un siècle avant notre ère. 
Râpé ou haché frais, le rhizome de gingembre s'utilise à merveille dans les plats au wok les currys, la cuisine orientale. Confit, ou en poudre, le gingembre est utilisé dans la confection de divers bredele, dans le pain d'épices. Il entre dans la composition des quatre épices.
Depuis fort longtemps, le gingembre est consommé aux quatre coins du monde pour soulager différents maux.

Plusieurs études ont démontré la capacité du gingembre à arrêter nausées et vomissements, même en cas de grossesse ou lors d'un traitement par chimiothérapie, les nausées consécutives à une anesthésie, le mal des transports où une étude a démontré que le gingembre est actuellement le meilleur remède.
Si vous souhaitez avoir recours au gingembre pour combattre le mal des transports, prenez un quart de cuiller à café de gingembre frais ou en poudre 20mn avant le voyage que ce soit en voiture ou en bateau. A Renouveler toutes les quatre heures.
Grignoter du gingembre confit tout au long du voyage marche aussi, ainsi que le gingembre sous forme de gélules.

Une tisane digestive : préparez une tisane en versant une tasse d'eau bouillante sur 3 ou quatre tranches fines de gingembre frais et quelques graines de cardamome.

Le gingembre est à même de court-circuiter l'apparition d'une migraine sans entraîner les effets indésirables que certains médicaments conseillés contre les céphalées. Il semblerait que le gingembre inhibe l'action des prostaglandines, substances provoquant la douleur et l'inflammation dans les vaisseaux sanguins du cerveau. A essayer : dès les premiers signes précurseurs d'un mal de tête, absorbez le tiers d'une cuiller à café de gingembre frais ou en poudre.
Le gingembre est un anti-inflammatoire. La consommation de gingembre a démontré des résultats prometteurs quant à la diminution des douleurs reliées à l'arthrite, l'arthrose.
Afin de soulager les douleurs rhumatismales, préparez une infusion légère de gingembre, en versant une tasse d'eau bouillante sur trois ou quatre tranches fines de gingembre frais. Vous pouvez aussi prendre une fois par jour ½ cuillerée à café de gingembre en poudre ou jusqu'à 30g (soit environ 6 cuillerées à café de gingembre frais râpé par jour.

Le gingembre est hypoglycémiant donc très utile chez le diabétique. Il permet de combattre un rhume naissant, pensez-y cet hiver ! Le gingembre serait également aphrodisiaque, ce qui ne gâche rien !
On a reconnu, au gingembre des propriétés anticoagulantes. Les personnes sous anticoagulants doivent en tenir compte en modulant leur traitement lorsqu'ils consomment du gingembre. Attention également à ne pas consommer de trop grandes quantités de gingembre les jours précédents une intervention chirurgicale.
Le gingembre est vendu sous différentes formes : frais, séché, confit, en poudre, en gélules. Il est préférable de le consommer frais, c'est de cette façon qu'il sera le plus actif, notamment par ses propriétés enzymatiques. Astuce, utilisez un presse ail.

Christiane Barbiche

 

Retour